Du rhum, des femmes et d’la bière, nom de Dieu!

Un accordéon pour valser tant qu’on veut.

Du rhum, des femmes, c’est ça qui rend’ heureux.

Que l’diable nous emporte, on a rien trouvé d’mieux.

Hello cap’tain! Fait briller tes galons.

Et reste bien au chaud, quand on gèle le sur le pont.

Nous c’est not’peine qui nous coule sur le front.

Alors, tient bien les rênes, tu connais la chanson.

Du rhum, des femmes et d’la bière, nom de Dieu!

ça fait une paye qu’on a pas touché terre.

Et même une paye qu’on s’fait des gonzesses en poster.

Tant pis pour celle qui s’pointera la première.

J’lui démonte la pass’relle, la cale, la dunette arrière.

Du rhum, des femmes et d’la bière, nom de Dieu!

Tout est gravé quelque part sur ma peau

Tell’ment qu’j’en ai les bras, comme des romans-photos.

Blessures de guerre, culs d’bouteilles, coups d’couteaux.

Tant qu’y aura des comptoirs, on aura des héros.

Du rhum, des femmes et d’la bière, nom de Dieu! .

Trois milles du cap, c’est les foies, c’est les glandes.

Quand t’as l’coeur qui dérape et les tripes qui fermentent.

J’essaie d’penser au claque, aux filles qui s’impatientent.

Pas au bateau qui craque, entre deux déferlantes.